1.19 Français / English Text

 

 

« AIDEN : La Renaissance de l’Anarchie. »

Anarchise – Informatisée – Démocratique – Écologique – Neutre

(A prononcer comme le Jardin d’Eden)

Généralités

Dans ce premier chapitre vous trouverez les idées qui sont à l’origine de l’Aiden et d’Utopia. Tout est repris et développé dans les chapitres qui suivent.

Je suis l’auteur de ce qui suit et j’en suis le seul responsable.

Comme il s’agit d’une ébauche de constitution en français, il faudrait d’abord la traduire en anglais, puis en d’autres langues. Je suis malheureusement nul en langues, j’espère que des personnes intéressées par l’Aiden s’en chargeront.

Je suis aussi nul en informatique, je ne maîtrise pas du tout la mise en page de Open Office Writer. Malgré cela j’ai tout tapé les textes avec 2 doigts, veuillez me pardonner de l’amateurisme de ce site. Je remercie mon fils Sébastien et son ami Benoît qui ont transféré ces textes, dessins et photos sur le site aiden.link. Je remercie ma femme Ursula pour ses photos et son soutien, ainsi que Stéphane pour avoir créé peut-être le futur drapeau d’Utopia et Michel pour avoir corrigé mes textes.

Nous allons mettre sur ce site pas à pas entre le fin du mois de mars et le mois d’avril (2016) tous les textes qui concernent cette ébauche de la constitution de l’Aiden.

Mon but est finalement de construire ce pays avec tous ceux qui y croiront. Il m’a semblé que proposer et diffuser ces idées permettrait d’avancer plus vite.

Pour y arriver, il faut d’abord créer un peu partout dans le monde des sections Aiden (voir le chapitre des sections Aiden) qui étudieront ces textes pour les améliorer et les corriger, sans, si possible les compliquer. Cela devraient se faire d’une manière démocratique avec toutes les sections par l’intermédiaire d’Internet (des mails, Skype ou ?).

Avec ma femme, nous sommes les deux premiers membres (il faut qu’ il y ait dans les sections autant de femmes que d’hommes) de la première section Aiden, la section de Montreux/Veytaux qui de ce fait devient la section mère de l’Aiden, (sans pouvoir supplémentaire par rapport aux autres sections : un membre = une voix). C’est à elle à qui on peut s’adresser pour annoncer l’adhésion d’une nouvelle section Aiden.

Puis il faudra trouver et récolter de l’argent pour construire Utopia qui sera un pays

d’immigration (voir les chapitres immigration et financement de la construction d’Utopia). Je nous donne 20 ans pour faire cela. Je serai vite trop vieux pour vous accompagner dans cette aventure : mais j’espère pouvoir faire mes derniers voyages à Utopia. Philippe Bron

P.S. On peut faire partie de l’Aiden, si l’on adhère à ses idées, sans abandonner ses engagements

politiques du moment. Parce que l’Aiden est prévue uniquement pour Utopia, pays à construire

au « milieu » de l’océan Pacifique (par exemple). J’ai même pensé aux îles Tuvalu.

Mes motivations

A 20 ans, étudiant en faculté des sciences naturelles de l’université de Lausanne, alors que presque tous les étudiants engagés militaient pour la gauche, avec quelques amis nous étions plus attirés par

l’anarchie ou anarchise = une société sans hiérarchie.

Un système politique parfait, démocratique, garantissant l’égalité entre ses membres, très bien structuré pour que ses citoyens(nes) puissent vivre, apprendre et travailler sans dirigeants.

Pour la majorité des gens, une société sans dirigeant et sans encadrement finirait dans le désordre et la violence. En plus, par le passé, quelques excités se sont permis d’employer la violence et le terrorisme au nom de l’anarchie, sans justification idéologique admissible.

J’ai donc abandonné toutes relations avec l’anarchie jusqu’à aujourd’hui.

A 64 ans, je trouve qu’actuellement l’anarchie ou anarchise, avec le développement extraordinaire de l’informatique, devrait être la dernière voie politique intéressante à explorer.

Le grand-père que je suis, n’a finalement croisé au cours de sa vie passée que des bonnes personnes, cherchant l’amour, la paix, la prospérité et du plaisir dans la vie.

Dans les sociétés du passé et actuelles, la plupart des gens sont le plus souvent empêchés d’obtenir cela, à cause de la complexité des institutions et de l’inégalité des traitements. Ce qui profite à une minorité de plus malins, plus agressifs et plus avides qui finissent par exploiter la majorité. On peut comprendre que certains, jaloux ou aigris par ces disparités, se révoltent ou décident de se procurer ce qu’ils n’ont pas par le vol ou/et la violence.

Pourquoi l’Anarchise ?

L’anarchise doit empêcher par sa structure, l’exploitation de l’Homme par l’Homme.

Je pense que cette exploitation généralisée coûte très cher à l’évolution positive de l’humanité : car

une personne exploitée ne va pas donner le meilleur d’elle-même.

En proposant cette ébauche de constitution pour créer une nation anarchiste, je (nous) tiens (tenons) à me (nous) détacher totalement de toutes les autres branches anarchistes passées ou présentes.

Les seuls moyens utilisés pour créer Utopia (pays ou l’Aiden sera appliquée) seront : L’argent provenant des cotisations et des dons des membres et sympathisants de L’Aiden . Ainsi que les travaux effectués bénévolement par ses membres et sympathisants.

L’ Aiden n’est pas un système politique qui peut être appliqué dans un pays existant.

Cela impliquerait de trop gros changements: comme la nationalisation du territoire et de ses bâtiments, leurs destructions et reconstructions aux normes Aiden. Elle a besoin d’installations trop compliquées à mettre en œuvre comme la surveillance par des caméras connectées et sécurisées de l’intégralité de son territoire. Elle n’est applicable que pour un territoire exigu avec des bâtiments neufs prévus pour l’Aiden.

Toutes les idées et applications proviennent de l’existant :

des institutions politiques suisses, de la révolution française, du capitalisme, du communisme, de mai 68, de la philosophie des hippies, de l’écologie, de mes convictions politiques, de mes observations personnelles et de l’évolution extraordinaire de l’informatique.

En plus je constate que les hommes et les femmes modernes acceptent volontiers d’être espionnés en permanence au travers : des cartes électroniques (crédits, bancaires, d’assurances, de fidélité, etc.), des téléphones, des « natels », des ordinateurs, du Web et de ses « clouds » ainsi que par les innombrables caméras qui nous surveillent partout, sans oublier les satellites et les drones.

Ils acceptent aussi sans s’en inquiéter, que ces informations soient stockées et employées.

Pour qui ?

Utopia est prévu pour accueillir d’abord 1 million d’habitants ;

Puis, on peut penser, qu’avec de nouvelles constructions et des migrants motivés :

Utopia puisse être la nouvelle patrie de dizaines de millions de personnes.

Tu habites en Afrique, en Amérique, en Europe, en Asie ou en Océanie ; tu ne vois pas vraiment ton avenir en rose.

Tu as peut-être tout ce qu’il te faut, mais tu sais que tu peux tout perdre même la vie, car finalement rien n’est prévu pour te garantir à long terme un avenir.

Tu es préoccupé par les problèmes environnementaux et sociaux de notre époque et tu veux faire quelque-chose pour que cela change.

Tu es informaticien ou vous êtes un groupe d’informaticiens qui rêvent de libertés et d’éthique.

Vous êtes une grande entreprise, vous offrez des prestations honnêtes à vos clients : il vous semble qu’on vous impose trop de « tracasseries » administratives et de taxes diverses.

Vous êtes dans la politique, un gouvernement, un pays : vous aimeriez trouver une bonne alternative à l’immigration sauvage.

Tu es un anarchiste et tu aimerais vivre dans une société sans hiérarchie.

Tu as envie de participer à une grande aventure dans laquelle l’Homme devrait grandir.

Alors lis ce qui suit, peut-être que l’Aiden et Utopia sont faits pour toi ?

Toutes les aides à ce projet sont bienvenues et ne seront pas oubliées…

Saches que l’Aiden applique la « glasnost » totale concernant ses intentions et ses agissements : tout est publié sur son site Internet.

Mais saches aussi que l’Aiden protège intégralement toutes les données privées concernant ses

membres. Les sections Aiden (minimum deux membres : une femme et un homme) et leurs membres peuvent rester totalement anonymes, n’être répertoriés et n’apparaître que sous des pseudonymes (voir les sections Aiden).

L’Aiden protège aussi l’anonymat des personnes qui désirent l’aider dans ses projets sans être membres et sans être reconnus.

Vous pouvez m’atteindre directement (je me « débrouille » en anglais), au numéro de la section Aiden de Montreux/Veytaux + 41 79 386 34 60 : laisser un message, un numéro de téléphone ou une boîte mail, sur le répondeur, pour que je puisse vous atteindre si personne ne vous répond.

Philippe Bron

L’Aiden ? Utopia ? Où ?

Aiden : Société sans hiérarchie gérée par un ou plusieurs ordinateurs sécurisés,

programmés pour appliquer les lois de l’Aiden, pour contrôler et pour compter les votes

électroniques de ses citoyens(nes).

Avec l’Aiden, tous les habitants sont égaux, se tutoient et sont compagnes et compagnons.

Utopia : le pays à créer où sera appliqué l’Aiden.

 : Sur des îles que leurs habitants doivent quitter à cause du réchauffement climatique.

Si c’est possible par rapport à leur solidité, ces socles et leurs souverainetés seraient achetés

directement à tous les habitants selon un tarif unique ne dépendant pas de leur âge ou fortune,

avec les cotisations des membres du parti et les dons. Les montants alloués à ces opérations

d’achats de terres devraient permettre aux insulaires d’avoir suffisamment d’argent

pour pouvoir recommencer dignement leur vie ailleurs ou s’intégrer dans Utopia.

Utopia préservera une île et son paysage d’origine (le plus longtemps possible en la surélevant)

pour les loisirs et pour offrir des maisons conformes à l’habitat originel ainsi qu’une rente

aux personnes âgées qui n’auraient pas la force d’émigrer ou de s’intégrer.

Où : sur les hauts fonds des océans en zone internationale, en dehors des voies de migration,

assez éloignés de toutes terres pour ne pas engendrer d’inconvénient aux pays proches.

La surface des océans étant beaucoup plus importante que celle des terres, il y a

certainement de très nombreux endroits propices à ces implantations..

Comment ? Pourquoi ?

Comment : sous la forme d’énormes tours en béton pseudo-pyramidales pour leur solidité,

ou comme un amalgame de ce genre de tours dont les bases sont plus étendues,

végétalisées, de plusieurs centaines de mètres de hauteur, voir 1000 mètres et plus

prévues pour être construites en plusieurs étapes. Ses habitants (+ de 1’000’000 )

devront être assez nombreux pour pouvoir vivre en autarcie totale.

Au début, il faudra certainement acheter les matériaux et employer des méthodes de

construction traditionnelles. A terme, Utopia devrait être capable de se construire elle-

même avec des robots.

Les tours seront faites en béton haute résistance avec fibres et câbles synthétiques,

structurées « à l’ancienne » : voûtes, coupoles etc.. (les forces d’appui des dalles

agissant en compression sur les structures porteuses) ; ou modernes « nid d’abeilles »

                • le sable et le ballast seront récupérés par des bateaux dragueurs,
                • le ciment fabriqué directement sur des usines flottantes,
                • les déchets de plastique flottant à la surface des océans seront récupérés par filtration de l’eau de mer ; ils serviront à faire des fibres, des câbles, des armatures pour le béton et serviront aussi à chauffer les roches pour en faire du ciment,
                • les métaux seront récupérés au fond de la mer (nodules, épaves, mines sous-marines, etc…. ).

Pourquoi : Ces tours pourront être fermées. Elles devront résister aux grosses catastrophes

prévisibles et continuer à offrir des lieux de vie convenables à leurs habitants pendant

et après celles-ci. Ceci pendant plusieurs dizaines d’années voir beaucoup plus.

Description des tours

Dans Utopia Toutes les tâches pouvant être robotisées le sont.

– Les tours sont prévues :

– avec un port intérieur et des garages à dirigeables,

– pour être complètement fermées et devenir étanches à l’air et l’eau, elles

ont des systèmes de fabrication et de renouvellement de l’air autonomes,

– avec des systèmes de filtration de l’air, de chauffage et de réfrigération

adaptés à des baisses ou à des hausses importantes des températures extérieures,

– avec une autonomie complète en énergie,

– sans rejet d’aucun polluant ni dans l’eau ni dans l’air,

– les robots devront pouvoir se déplacer partout à l’intérieur et à l’extérieur,

– avec des usines capables de fabriquer une nourriture industrielle (vers de farine,

spiruline, culture in vitro, etc.. ) couvrant tous les besoins alimentaires.

– avec un système sanitaire complet, évolutif et auto-suffisant,

– avec de l’eau douce en suffisance,

– avec des écoles et des universités capables de former les enfants

et les jeunes pour assurer la pérennité des connaissances, exploiter, entretenir,

réparer les installations techniques, ou en créer de nouvelles,

– avec toutes les usines nécessaires à l’autarcie et des stocks de matières premières

en quantité suffisante pour réparer et en créer de nouvelles,

                    • pour s’adapter à une montée du niveau de l’eau de 70m.

Organisation du territoire

Les tours ou amalgames de tours sont assemblées en cellules avec environ 1 million d’habitants ou plus qui peuvent vivre en autarcie totale.

Les cellules sont divisées en quartiers (communes) d’environ 10’000 habitants et plus avec des destinations diverses : familiales, industrielles, artisanales, commerciales ou destinées aux loisirs.

Il n’y a pas de quartier basé sur les différences raciales, ethniques, culturelles ou religieuses.

Tous les quartiers sont équipés d’habitations avec petites terrasses/jardins à l’extérieur ,

de commerces, artisanats et industries adaptés à leurs us et coutumes. Il y a aussi quelques studios (habitation minimum de 12m2 totalement équipée avec porte-fenêtre donnant sur le domaine public extérieur) destinés aux étudiants, aux apprentis et aux personnes dans le besoin.

Tous les quartiers sont équipés de zones de loisirs extérieures et intérieures.

Des routes destinées aux véhicules privés autoguidés, aux transports publics autoguidés, aux robots et aux piétons, relient les différents quartiers et étages des tours par l’extérieur et l’intérieur.

Des pistes réservées aux piétons, aux véhicules sans moteur sont aménagées pour exercer différents sports de descentes et montées (vélo, roller, skate, jogging, etc..).

Des ascenseurs relient les étages par l’intérieur.

Tous les espaces publics, les systèmes de production de nourriture et d’énergie, les usines, les écoles, les espaces extérieurs, les eaux territoriales sont surveillés par des caméras qui sont reliées aux ordinateurs centraux par fibres sécurisées.

Elles sont capables de reconnaître les personnes dans leur champ d’action par leur pièce d’identité électronique et par la reconnaissance faciale.

Les ordinateurs et l’énergie d’Utopia

Les ordinateurs appliquent les lois de l’Aiden

Ils mettent en œuvre les décisions prises démocratiquement par la population d’Utopia.

Ils peuvent exécuter uniquement les tâches pour lesquelles ils ont été prévus.

Leurs programmes ne peuvent être modifiés que par décisions démocratiques.

Ils sont conçus pour être dépourvu d’intelligence et de conscience artificielle.

Toutes les actions informatisées concernant la sécurité des tours doivent pouvoir être contrôlées manuellement: fourniture d’électricité, fermeture des portes d’Utopia, régulation de la ventilation, contrôle du chauffage et de la réfrigération, fourniture d’eau douce et de nourriture.

Les ordinateurs d’Utopia ne sont pas reliés et ne peuvent pas être reliés d’aucune manière à Internet ou à d’autres ordinateurs privés.

Il faudrait créer un nouveau langage pour leur système d’exploitation.

L’électricité est l’énergie principale employée dans Utopia

Elle est fabriquée principalement mécaniquement avec l’énergie des vagues, des marées, des courants marins, des vents, de la chaleur dégagée par le soleil et les océans. Elle est directement employée ou stockée sous forme d’hydrogène et d’oxygène.

L’hydrogène et l’oxygène sont employés comme combustibles pour les piles à combustibles, moteurs à explosion, réacteurs d’avions et de fusées ainsi que pour fabriquer et renouveler l’air quand la tour est complètement fermée.

Le financement de l’État

L’argent nécessaire au bon fonctionnement de l’État provient  de la location des

locaux destinés aux habitations, à l’industrie et aux commerces privés :

L’argent provient aussi des droits de douane (taux différenciés selon les biens

importés) prélevés sur toutes les marchandises importées.

Les biens et produits de première nécessité manquant dans Utopia peuvent

être détaxés partiellement ou totalement.

Tous les biens, marchandises et produits importés seront analysés, étiquetés (code-

barrés) et enregistrés avec modes d’emplois et avertissements de dangerosité.

L’argent provient encore d’une taxe de 1% prélevée sur les exportations d’argent.

L’État prélève une taxe sanitaire compensatoire à l’importation ou chez les

fabricants d’ Utopia (si les composants de base n’ont pas été déjà taxés) pour couvrir les

problèmes liés aux produits dangereux : explosifs, poisons, drogues, alcools, tabacs,

médicaments, sucres, graisses, viandes, toxiques, etc…

Idem pour les armes, machines et véhicules divers.

L’État prélève une taxe d’élimination des déchets à l’importation de marchandises et

de biens ou chez les fabricants (si les composants de base n’ont pas été déjà taxés).

L’État prélève différentes taxes chez les propriétaires d’animaux domestiques, de

véhicules privés, de bateaux, d’aéronefs, etc.., pour leur utilisation supplémentaire du

domaine public.

Le résumé des idées qui encadrent l ‘Aiden

L’Aiden est une démocratie directe dont toutes les décisions sont prises par les citoyens(nes) au moyen du vote électronique sécurisé. Le gouvernement de l‘Aiden est le peuple.

Les décisions sont appliquées automatiquement par l’informatique, par des robots ou par le peuple.

La cohésion du peuple d’Utopia est obtenue au travers du service civil qui remplace les impôts directs.

Dans le cadre du service civil, les citoyens(nes) accomplissent dans leur domaine de compétence les tâches de l’État qui ne peuvent pas être automatisées.

Le gouvernement délibérant (sans pouvoir décisionnel) élu démocratiquement est mixte.

Les femmes élisent les parlements des quartiers (communes), des cellules (tours ou districts) et les représentants des nationaux des femmes. Elles élisent aussi les exécutifs correspondants, ainsi que leur présidente.

De même pour les hommes.

La diplomatie : les anarchistes de l’Aiden ne s’occupent pas des affaires des autres pays car ils n’aiment pas recevoir et donner des leçons.

La gestion de la société Aiden et les lois de l’Aiden sont simplifiées et automatisées au maximum, pour que tous(tes) les citoyens(nes) puissent gérer seuls(es) leur vie privée et professionnelle.

Il n’y a plus de fonctionnaires. Le citoyen a un accès direct avec l’administration au travers des bureaux de fonction (les bureaux de l’Aiden) installés chez lui et dans certains lieux publics.

Il n’y a plus d’ouvriers mais des robots pour les tâches simples, des associés et des indépendants pour faire ce qui ne peut pas être informatisé ou robotisé.

Il n’y a pas d’impôt basé sur le produit du travail. Le financement de l’état est simplifié.

L’État prend en charge les secours en cas d’accident survenu lors d’activités normales sur tout son territoire, ainsi que les soins en découlant dans ses dispensaires et dans son hôpital universitaire.

Utopia offre à tous ses habitants (sans obligation) un programme santé gratuit dès l’école enfantine comprenant : la nourriture, un programme d’exercices physiques et d’hygiène de vie, les contrôles sanitaires, les conseils à suivre, les transports, les consultations et les soins en cas de maladie.

Les enfants, les étudiants(es), les apprentis(es) peuvent être entièrement financés par l’État.

L’aide sociale est offerte sous forme de prestations gratuites : logements avec l’énergie minimum nécessaire, habits, assurance maladie, nourriture, plus quelques petits travaux proposés aux bénéficiaires, pour financer quelques-uns de leurs loisirs.

Les logements dont les loyers sont payés (ou offerts par l’état) sont des espaces privés inviolables.

La sécurité de l’État est obtenue :

– par un nombre minimum de lois à ne pas transgresser.

– par la surveillance vidéo de tout le territoire avec reconnaissance des personnes.

– par l’emploi obligatoire des bureaux de l’Aiden pour tous les rapports entre le peuple et l’état.

– par l’emploi obligatoire des contrats types de l’Aiden (pour qu’ils soient pris en considération

par les tribunaux par exemple).

– par le stockage de toutes ces informations,

– par l’emploi généralisé des cartes bancaires pour les payements. Utopia propose, en tous cas

au début de son activité, une monnaie virtuelle : l’Anar. Les payements cash se font en

monnaies étrangères ou en bitcoins.

La police de proximité est remplacée par :

– des observateurs qui contrôlent les espaces publics, depuis un poste de sécurité par des écrans reliés aux caméras de surveillance. Ils vérifient que les instructions diffusées par haut-parleurs sont suivies.

– des négociateurs qui tenteront (par haut-parleur) de résoudre les problèmes par la diplomatie.

La police d’investigation est remplacée par des commissions d’enquêtes formées de citoyens(nes).

La justice est rendue par des commissions de justice formées de personnes désignées par ordre alphabétique.

Les procès sont normalement publics pour avoir un effet dissuasif. Ils sont retransmis par les médias officiels.

La prison est remplacée par des restrictions de liberté programmées pour que le justiciable puisse continuer à subvenir à ses besoins, garder un travail et ne pas représenter de danger pour ses compagnons.

L’économie est de type capitaliste – libérale – anarchisante.

On supprime les postes de tous ceux qui contrôlent, réglementent le travail et la vie des autres en ne produisant rien. Avec l’Aiden ils travaillent et produisent comme les autres.

En plus :

On automatise et on simplifie au strict minimum les formalités administratives nécessaires à la production de biens ;

La conséquence sera que les habitants d’Utopia deviendront trop productifs ;

donc :

Les habitants d’Utopia pourront travailler moins que dans les autres types de sociétés.

L’Aiden est une société dans laquelle le temps réservé aux loisirs pourrait pêtre aussi long que le temps réservé au travail, voire plus long.

Pour l’Aiden, un temps complet représente 10 mois à 120 heures par mois = 1200 heures par an.

Finalement chacun fera comme il le voudra.

Plan d’action de L’Aiden pour construire Utopia

Il nous faut rapidement 1 million de personnes prêtes à adopter l’Aiden et à émigrer

pour construire Utopia.

Et puis, no problemo !:

Avec la volonté de ce million de personnes, on va trouver facilement les 50 à 100 milliards de $ nécessaires pour construire avec les premiers migrants la première Cellule d‘Utopia qui sera conçue pour :

1 million d’habitants.

Bien sûr, au début se sera brut de décoffrage, puis petit à petit des aménagements s’ajouteront pour qu’Utopia soit belle et conviviale.

« Je rêve ? » : C’est peut-être ce que tu penses ?

« Moi, je ne le pense pas chers futures compagnes et futurs compagnons ! ».

Pour les 2 raisons suivantes :

  1. L’Aiden et Utopia sont conçus pour qu’au total des dizaines de millions de personnes dans la précarité puissent y émigrer et y trouver du travail intéressant et bien payé dans l’ordre et la dignité.
  2. Utopia est conçue pour que ses habitants puissent résister à des catastrophes qui ailleurs ne laisseront aucune chance de survie.

« Sais-tu par exemple que : seulement 82 personnes possèdent la moitié de la fortune mondiale, c’est à dire une fortune colossale  ? ».

« Sans oublier que 1% de la population mondiale possèdent presque tout le reste !».

Ce qui va intéresser ces personnes dans Utopia :

  1. c’est la sécurité presque absolue dans un environnement super sympa avec des lois peu contraignantes et plein de gens autour d’eux qui vont les considérer simplement comme leurs compagnes et leurs compagnons de vie. Ils vont apprécier le service civile, et ainsi se sentir utile en appartenant à une équipe. Ils vont apprécier de vivre dans un pays où il n’y a pas de pauvres, pas de vols et pas de violence contre les personnes qui ne désirent pas subir de violence. Ceux qui aiment la violence (il ne faut pas les oublier) auront leurs terrains de jeux qui seront à éviter si l’on n’aime pas assister à la violence.
  2. c’est le système d’imposition d’Utopia qui n’impose pas le produit du travail, ni la fortune.

il n’y a que le bénéfice réalisé dans Utopia et exporté qui est imposé à hauteur de 1%.

Ils regarderont les autres propositions de sécurité comme nettement moins intéressantes :

sociétés offshore, comptes à numéros, coffres super-forts enterrés, résidences délocalisées, bunkers sophistiqués, voitures blindées, services de sécurité (tu crois que des gens payés vont risquer leurs vies pour sauver celles de leurs patrons ou la leur et celles de leurs familles, s’ils doivent choisir?).

Finalement quel serait l’avenir d’un petit nombre de personnes qui survivraient dans un environnement dévasté?

Alors qu’avec Utopia et son million de compagnes et compagnons (au début), même en cas de catastrophe la vie continuera normalement avec tout ce qu’il faut : du travail, des loisirs et des plaisirs et surtout un avenir.

Tu verras que le caractère philanthropique de l’Aiden et d’Utopia ainsi que les prestations offertes vont attirer les personnes riches et très riches. Certaines (beaucoup) de ces personnes vont œuvrer pour Utopia et certainement même passer les examens pour devenir nos compagnes et nos compagnons. Ils sont les bien venus.

Les mêmes raisons vont pousser des entreprises internationales (elles seront choisie pour leurs bonnes réputations)à investir dans Utopia pour y installer leurs directions centrales.

En plus Utopia sera un pays où les investissements privés sont prévus, dans les transports, l’énergie, les communications, les industries de hautes technologies, l’hostellerie, la restauration, etc…

Les gouvernements des pays qui reçoivent des afflux massifs de migrants vont aussi œuvrer pour qu’Utopia existe et ainsi qu’une bonne partie des futurs migrants qu’ils ne pourront absorber soient les bien-venus quelque-part sur cette terre.

La suite coule de source : avec l’expérience des constructeurs de la première cellule et les infrastructures à disposition, la deuxième cellule d’Utopia sera construite en « 2 temps et 3 mouvements », ainsi de suite sans vraiment de limite.

Le but ultime de l’Aiden est de créer

une société sans hiérarchie :

1. où la tolérance sera un devoir civique.

Car la liberté des uns dépend de la tolérance des autres et réciproquement.

2. qui favorisera un homme nouveau en mélangeant les races et les cultures.

3. qui se préparera à survivre aux catastrophes majeures qui nous menacent.

Dont les priorités seront :

4. de diminuer la pression des humains sur l’environnement.

5. de développer l’emploi de l’hydrogène comme vecteur d’énergie.

6. de développer les transports en commun alternatifs peu gourmands en

énergie, comme les véhicules sans conducteur (bateaux et voitures), les

dirigeables, les ballons cablo-guidés ou cablo-tractés, etc…

7. de proposer des systèmes industriels de fabrication de nourriture en

« vases clos » ne polluant pas l’environnement.

8. de développer les systèmes automatiques de construction, de circulation,

de fabrication, de nettoyage, de recyclage de l’eau, de l’air et des déchets.

9. de proposer une part des solutions : à la surpopulation, à la pollution de notre planète,

à l’émigration climatique et économique.

10. de créer une patrie pour les anarchistes, les indépendantes et indépendants.

 

 

 

English Text

General Information

The underlying ideas of Acden and Utopia can be found in this first chapter. They are further developed in the following chapters.

**Dear People,

I am the author and I am solely responsible for what follows.

**The first draft of this constitution is in French (*link*). I found someone to translate it into Spanish (*link*) and into English (as you can see). I am unfortunately no good at languages. I hope to find people that are interested in translating it into more languages.

I am also no good with computer technology and I don’t have much of a handle on the layout software that I am using (Open Office Writer). Despite this however, I have typed these texts using two fingers. Please forgive me for the amateurism of this website. I thank my son Sébastien and his friend Benoît who have transferred these texts, drawings and photos onto the aiden.link website. I thank my wife, Ursula, for her photos and for her support. I thank Stéphane for creating what will potentially be the Utopia flag and I thank Michel for correcting my texts.

**Little by little we will add more translations to this website (Do you speak another language? Would you be interested in translating this draft of the constitution of Acden? Email me! Call me! Lets get started!)

My goal is to build this country wit everyone that will believe in it. It seems to me that getting these ideas out there will allow things to move along quicker.

To achieve this we will need to create Acden Sections all over the world (see chapter on Acden Sections). These sections will study the texts. They will correct and improve the texts without (if possible) complicating them. This should be done in a democratic way including all the sections via internet (email, skype, or?).

My wife and I are the first members (there has to be as many women as men in each section) of the first Acden Section: the Montreux/Veytaux, Switzerland section. This is the Aiden Mother Section which has no more power than any other section (one member = one voice). It is the section that can be contacted to announce the membership of a new Acden Section.

We will need to find and gather money in order to build Utopia, which will be an immigration country (see chapter on immigration and funding of the construction of Utopia). I give us 20 years to do this. By then I will be too old to join the adventure but I hope my last trips will be to Utopia.

**Sincerely,

Philippe Bron

P.S. You can be part of Acden if you endorse its ideas without however having to abandon your political engagements. Aiden is meant solely for Utopia which is a country to be built in the ‘middle’ of the pacific Ocean (for example). I’ve been thinking the Tuvalu Islands…

My motivations

When I was 20 years old I was a student in the natural sciences faculty of the University of Lausanne in Switzerland. While most of the activist students were committed to left wing politics, a few friends and I were more attracted to

anarchy or anarchyse = a society without hierarchy

A political system that is perfect, democratic, guaranteeing equality between its members, very well structured so that its citizens can live, learn and work without leaders/rulers.

For most people a society without leaders/rulers would end up in chaos and violence. Also, in the past there has been a few ‘crazies’ that decided to use violence and terrorism in the name of anarchy without any admissible ideological justification.

I therefore abandoned all connections to anarchy until now.

At 64 years of age I think that with the extraordinary development of computer technology, presently anarchy or anarchyse should be the final political path of any interest to explore.

The grand-father that I am, throughout my life I have only come across good people looking for love, peace, prosperity and pleasure in life.

In societies of the past and the present most people are often prevented from obtaining this because of the complexity of institutions and the inequality of treatment. This benefits a minority of malicious, aggressive and greedy people that end up exploiting the majority. We can understand that some, jealous or embittered by these disparities, protest or decide to get what they don’t have through theft and/or violence.

Why anarchyse?

Through its structure anarchyse must prevent exploitation of humans by humans.

I think that this widespread exploitation really takes its toll on a positive evolution of humanity because an exploited person will not give the best of themselves.

By offering/suggesting this draft of a constitution to create an anarchist nation I (we) wish to completely detach myself (ourselves) from all other anarchist branches of the past or present.

The only means used to create Utopia (country where Acden will be applied) will be: money that comes from the Acden members’ and supporters’ contributions and donations. Also the volunteer work done by members and supporters.

Acden is not a political system that can be applied in an existing country. This would involve changes that are too big, like the nationalisation of the territory and its buildings that would have to be demolished and rebuilt to fit the Aiden norms. It needs installations that are too complicated to implement, such as secured surveillance cameras on the entire territory. It is only applicable on a small territory with new buildings intended for Acden.

All the ideas and implementations come from what already exists:

Swiss political institutions, the French revolution, capitalism, communism, May ’68, hippy philosophy, ecology, my political convictions, my personal observations and the extraordinary evolution of computer technology.

I have noticed that modern men and women willingly accept to be permanently spied on through:

electronic cards (credit cards, bank cards, insurance cards, loyalty cards, etc.), telephones, cellphones, computers, the web and its ‘clouds‘ as well as through numerous surveillance cameras, satellites and drones.

They also accept without a second thought that their information is stocked and used.

For who?

To start out, Utopia is meant to welcome 1 million inhabitants. Then, we can think that with new constructions and motivated migrants Utopia can be the new home of tens of millions of people.

You live in Africa, America, Europe, Asia, Oceania; you don’t really see your future through rosy glasses.

You may have everything you need but you know that you could loose everything, even your life because ultimately nothing is planned to guarantee you a long-term future.

You are worried by today’s environmental and social problems and you would like to do something to make changes.

You are a computer scientist or a group of computer scientist that dreams of freedom and ethics.

You are a large corporation and you offer honest services to your customers. It seems to you that there is too much administrative hassle and various taxes imposed on you.

You are in politics, a government, a country and you would like to find a good alternative to uncontrollable immigration.

You are an anarchist and you would like to live in a society without hierarchy.

You want to participate in a grand adventure in which humans will grow.

So then read what follows. Maybe Acden and Utopia are meant for you?

All help for this project is welcome and will not be forgotten.

Please note that when it comes to Aiden’s intentions and actions, complete ‘glasnost’ is applied. Everything is published on the Acden website.

Also, Acden completely protects all personal information concerning its members. The Acden sections (minimum two members: one woman and one man) and their members can reman totally anonymous. They would not be identified and would only appear under alias (see chapter on Aiden sections).

Acden also protects the anonymity of people who choose to help with Aiden’s projects without becoming a member.

You can contact me directly (I get by in English) at the Montreux-Veytaux Acden Section’s phone number: 0041 (0)79 386 34 60. If there is no answer, leave a message, a phone number or an email address and I will get back to you.

Philippe Bron

L’Acden? Utopia? Where?

Acden: hierarchy-free society managed by one or several secured computers that are programmed to apply Acden’s laws and to count the citizen’s electronic votes. With Acden all inhabitants are equal. They are all companions.

Utopia: the country that will be created, where Acden will be applied.

Where: on islands where the inhabitants must leave because of global warming.

If this is possible in regards to their solidity, these bedrocks and their sovereignty would be bought directly from the inhabitants. Each inhabitant would receive the same amount regardless of their age or fortune. This would be paid with the contributions from members as well as with the donations. The allocated amounts should allow the islanders to have enough money to start their life over elsewhere with dignity or integrate themselves into Utopia.

Utopia: will preserve one island and its original landscape for as long as possible by elevating it. There would be houses that conform to the original habitat and there would be a pension allocated to the elderly that may not have the strength to emigrate or integrate.

Where: in the shallow parts of oceans in international zones, outside of migration routes. Far enough away from all land as not to inconvenience neighboring countries.

Ocean surface is much greater than land surface, so there is certainly many potential places for these set-ups.

How: enormous cement towers with large bases, pyramid-like for their solidity. They would be several hundred meters high, built in many steps (even 1000m or more) and covered in greenery. There would have to be enough inhabitants (over 1 000 000) to able to live in complete self-sufficiency.

In the beginning materials will certainly need to be bought and traditional construction methods will have to be used. In time, Utopia should be able to build itself with robots.

The towers will be built with high resistance cement with synthetic fibers and cables. They will have ‘old-school’ structures: arches, domes, etc. (the support strength of the slabs acting in compression on the supporting structures); or modern structures such as ‘beehives’.

– sand and ballast will be gathered by dredger vessels

– cement will be made in floating factories

– plastic waste floating on the ocean surface will be gathered by sea-water filtration. It will be used to make fibers, cables, framework for the cement and will be used to heat rocks to make cement

– metals will be gathered from the seabed (nodules, sunken ship remains, underwater mines, etc.)

Why: these towers will be able to be closed. They will have to be resistant to big, predictable disaster and provide suitable living quarters for their inhabitants during and after the disasters.

Description of the towers

In Utopia all tasks that can be robotized will be.

The towers are planned:

– to have an indoor port and airship garage

– to be able to be sealed and become airtight and waterproof

– to have self-sustaining air fabrication and renewal systems

– to have air filtration, heating and refrigeration systems that adapt to considerable rises and falls of the outside temperature

– to be self sustaining when it comes to energy

– to not produce any pollution, neither in the water nor in the air

– to have robots that can go everywhere on the inside and the outside of the towers

– to have factories that make industrial food (meal worms, spirulina, in vitro culture, etc) that covers all dietary needs

**- to have a self sufficient and evolving sanitary system (*sewage system???)

– to have sufficient amounts of fresh water

– to have schools and universities that are capable of training children and young people. This will ensure the durability of the knowledge required to use, maintain and fix the installations or create new ones

– to have all the factories necessary to be self-sufficient

– to have sufficient quantities of raw materials to repair and create new factories

– to be able to adapt to water level rises as high as 70m

Organisation of the territory

The towers are grouped into units with roughly 1 million inhabitants or more that can live in complete autarchy.

The units are divided into neighborhoods of about 10 000+ inhabitants and have diverse destinations: family, industry, artisan, commercial, leisure

There are no neighborhoods based on racial, ethnic, cultural or religious differences.

All the neighbourhoods have housing with little outdoor terraces-gardens, shops and craft industries adapted to their **(???) and customs. There are also bachelor apartments (minimum 12m2 completely equiped with window-doors) for students, apprentices and people in need.

All the neighbourhoods are equipped with outdoor and indoor leisure areas.

There are paths reserved for pedestrians and non-motorized vehicles (bikes, rollerblades, skateboards, jogging, etc.)

There are indoor elevators connecting the different levels.

All public areas, food and energy production systems, factories, schools, outdoor areas and water are monitored by surveillance cameras that are connected to the central computers by secured fibers. They are able to recognize people through their electronic identification and by facial recognition.

Utopia’s computers and energy

The computers implement the Acden laws.

They enforce the decisions that are democratically made by the population of Utopia.

They can only perform the tasks they are meant to perform.

Their programs can only be modified by democratic decisions.

They are designed to be free of intelligence and artificial consciousness.

All the computerized actions concerning the towers’ security must be able to be controlled manually: electricity supply, closure of Utopia’s doors, ventilation regulation, heating and cooling control, fresh water and food supplies.

Utopia‘s computers are not connected and there is no way to connect them to internet or to any private computers.

A new language would have to be created for their operating system.

Electricity is the main energy that is used in Utopia.

For the most part it is mechanically produced using energy from waves, tides, ocean currents, winds, sun heat and oceans. It is directly used or stocked as hydrogen and oxygen.

The hydrogen and oxygen are used as fuel for fuel cells, combustion engines, airplane and rocket reactors. They are also used to produce and renew the air when the tower is completely locked down.

State funding

The money necessary for the state to function properly comes from the rent leases for homes, industries and private businesses.

The money also comes from customs duty (rates vary based on the goods imported) drawn from all imported goods.

The goods and products that are basic necessities and that Utopia lacks, can be partially on completely exempt of tax.

All imported goods and products will be analyzed, tagged (barcode) and registered with instructions and danger warnings.

The money will also come from a 1% tax drawn from export of money.

The state will take a compensatory sanitary tax on imports or from Utopia‘s manufacturers (if the base components haven’t already been taxed), to cover the problems linked to dangerous products: explosives, poisons, drugs alcohol, tobacco, medication, sugar, fats, meat, etc. Same goes for weapons, machines and various vehicles.

The state will take a waste disposal tax on imported goods or from the manufacturers (if the base components haven’t already been taxed).

The state will take different taxes from owners of domestic animals, private vehicles, boats, aircrafts, etc. for their additional use of public space.

Summary of the ideas that govern Acden

Acden is a direct democracy where all decisions are made by the citizens through secured electronic votes. The government of Acden is the people.

The decisions are automatically implemented by computers, robots or the people.

The cohesion of the people of Utopia is obtained through civil service which replaces direct taxes.

Civil service: the citizens will accomplish state tasks (within their field of competence) that cannot be automated.

The deliberative (no power of decision) government, democratically elected is mixed.

The women elect the parliaments for the neighborhoods (communes), the cells (towers or districts) and national women representatives. They also elect the executives and their president.

Same goes for the men.

Diplomacy: the Acden anarchists mind their own business. They do not like to receive or give lessons.

The laws and management of the Acden society are simplified and computerized as much as possible, so that all citizens can manage their private and professional lives on their own.

There are no civil servants. Citizens have direct access to administration through ‘function offices’ (the Acden offices) that are installed in their homes and in certain public spaces.

For simple tasks there are robots instead of workers. The tasks that can not be done by robots or computer technology, will be done by associates or independents.

There is no tax based on work output. Funding the state is simplified.

In the case of accidents occurring during normal activities, the state tales charge of rescue and aid through clinics and university hospitals.

Utopia offers a free, non-mandatory health program to all citizens as early as pre-school. The program includes food, physical exercise, basic hygiene, sanitary tests, guidelines, transport, checkups and care in cases of sickness.

Children, students and apprentices can be completely financed by the state.

Social aid is provided through free benefits: housing with basic necessary energy, clothing, health insurance, food, plus a few odd jobs to finance any hobbies.

Any homes where rent is payed (or payed for by the state) are considered inviolable private space.

State security is obtained:

– by a minimal number of laws that should not be transgressed

– by security cameras with facial recognition all over the territory

– by mandatory use of the Acden offices for all interactions between the people and the state

– by mandatory use of Acden’s basic contracts

– by stocking all its information

– by the generalized use of bank cards for payments

Utopia offers (in its beginnings anyway) virtual money called the Anar. Cash payments are made in foreign currencies or bitcoins.

Community-based policing is replaced by:

observers that control public areas from a security post using screens that are linked to surveillance cameras. They make sure that the instructions that are broadcasted on the loud-speakers are followed.

negotiators that try to solve problems with diplomacy, using the loud-speakers.

The investigative police is replaced by an investigation committee made up of citizens.

Justice is served by justice committees made of people that have been designated in alphabetical order.

Trials are usually public in order to have a dissuasive effect. They are then broadcasted by the official medias.

Prison is replaced by freedom restrictions that are programmed so that the litigants can continue to provide for themselves, can keep their jobs and not be of any danger to their companions.

The economy is capitalist-liberal-anarchysing

All work positions that control and regulate other people’s work and lives without producing anything will be eliminated. With Acden they will work and produce just like everybody else.

Also:

All administrative formalities necessary for the production of goods will be reduced to a strict minimum. They will be automated and simplified.

The consequence will be that the inhabitants of Utopia will become too productive, which means the inhabitants of Utopia can work less than in other types of societies.

Acden is a society in which leisure time could be as long as work time, if not longer.

For Acden a full time job represents 120 hours per month for 10 months = 1200 hours per year.

Each person can do this however they would like.

Acden’s plan of action for building Utopia

We quickly need 1 million people that are ready and willing to adopt Aiden and to immigrate in order to build Utopia.

With the willingness of these 1 million people we will easily find the 50 to 100 billion dollars that are necessary to build Utopia’s first unit. This unit would be made for 1 million inhabitants.

Of course in the beginning it will look a little rough but little by little it will develop into a beautiful and pleasant place.

 »Am I dreaming? » is what you might be thinking. But I sure do not think this for these 2 following reasons:

1. Acden and Utopia are designed so that tens of millions of people living in poverty can immigrate and find interesting and well payed jobs.

2. Utopia is designed so that the inhabitants can withstand catastrophes that elsewhere would leave them with no chance of survival.

Did you know that only 82 people own half of the world’s fortune? This represents a colossal fortune. And let’s not forget that 1% of the world population owns all the rest.

What in Utopia will interest these people is:

1. almost absolute security in a friendly environment with laws that are not very restrictive. They will be surrounded by people that will consider them as life companions. They will appreciate the civil service and feel that they are useful and part of a team. They will appreciate living in a poverty-free country with no theft and no violence against those who do not wish to be subjected to it. Those who like violence (we cannot forget them) will have their  »playground » that should be avoided by those who do not like violence.

2. Utopia’s tax system that doesn’t tax produced work or fortunes.

Only the profit made in Utopia and then exported will be taxed 1%.

They will see the other security suggestions as much less interesting:

offshore companies, account numbers, buried safes, delocalised residences, sophisticated bunkers, armored vehicles, security services (do you think that people that are payed will risk their lives to save their employers’ lives or their family’s it they had a choice?).

What future would there be for a small number of people that would survive in a devastated environment?

With Utopia and its one million (in the beginning) companions, even in the case of a catastrophe life would carry on normally with everything needed: work, leisure, pleasure and most of all a future.

You will see that Acden and Utopia’s philanthropic nature as well as the benefits that are on offer will attract rich and very rich people. Some (many) of these people will work towards helping Utopia and will certainly even pass the exams to become companions. They are welcome.

The same reasons will push international companies (they will be chosen based on their good reputations) to invest in Utopia in order to set up their headquarters there.

Utopia will be a country where private investments will be intended for transport, energy, communications, advanced technology industries, hostelries, catering, etc.

The government of countries that have a massive influx of migrants will also work towards helping Utopia exist. That way a major part of the migrants that these countries could not absorb would be welcome somewhere on this earth.

The rest just makes sense:
with the experience of those who built the first unit and infrastructures, the second unit will be a ‘piece of cake’ to build and so on and so forth.

Acden’s ultimate goal is to create a hierarchy-free society:

1. where tolerance is a civic duty because one person’s freedom depends on another’s tolerance and vice versa.

2. that encourages a ‘new human’ by mixing races and cultures.

3. that will prepare to survive and withstand major catastrophes that threaten us.

Where the priorities will be:

4. to diminish human pressure on the environment.

5. to develop the use of hydrogen as an energy vector.

6. to develop alternative, low energy consuming public transportation like auto-pilot vehicles (boats, cars), blimps, cable balloons, etc.

7. to offer industrialised ‘closed cup’ food fabrication that is pollution-free.

8. to develop automated systems for construction, traffic, fabrication, cleaning, water-air-garbage recycling.

9. to offer part of the solutions to:

overpopulation, pollution, climate immigration and economic immigration.

10. to create a homeland for anarchists and independants.

Anarchise informatisée démocratique écologique & neutre